La chapelle de Bethléem, classée Monument Culturel National, est un lieu qui rappelle le personnage de Jan Hus et l’époque hussite de l’histoire tchèque. Ici sont apparues les bases de la Réforme tchèque. En Bohême, la Réforme est liée à l’Université Charles, fondée à Prague en 1348 par Charles IV, où Jan Hus a rempli, dès 1409, la fonction de recteur.

La chapelle de Bethléem fut fondée en 1391 par des bourgeois pragois : Jan Kříž, marchand forain, et Hanuš de Mühlheim, homme de la cour. Dans l’acte de fondation de la chapelle datant du 24 mai 1391, les deux donateurs ont destiné explicitement l’affectation de la chapelle aux sermons en langue tchèque. Jan Kříž a contribué à l’édification de la chapelle par la donation d’un jardin de 800 m2 environ, comportant un puits, qui a servi durant toute l’existence de la chapelle et même plus tard ; et d’une maison avec une cave utilisée comme une malterie et remaniée plus tard en résidence du prédicateur et de l’administrateur de la chapelle. Le devant de la maison de Kříž, donnant sur la rue Dominikánská, aujourd’hui rue Husova, fut donné pour l’édification d’un foyer d’étudiants dénommé Nazaret.

Plus
La chapelle de Bethléem

La chapelle de Bethléem ne fut jamais une église paroissiale. Malgré son étendue, elle fut toujours désignée comme une chapelle. Sa particularité résidait dans le fait qu’elle était le plus grand lieu de rassemblement du peuple, avec une capacité de 3000 personnes.

Jusqu’à cette époque, les idées prêchées ne pouvaient faire l’objet de disputes savantes que sur le terrain de l’Université Charles. La chapelle a acquis cette importance primordiale avec l’avènement de Jan Hus à la fonction de prêcheur en 1402. Dans ses sermons il renoua, sur plusieurs sujets, avec ses prédécesseurs Milíč de Kroměříž, Matěj de Janov et John Wyclif, réformateur anglais. Les sermons ont eu un grand retentissement. La reine Sophie, épouse de Venceslas IV, roi de Bohême, y assistait parfois. Elle était, disait-on, assise dans l’oratoire sur le côté est de la chapelle. L’oratoire fut construit par le patricien Kříž. Il est relié directement à sa maison par un couloir de communication. Jan Hus prêcha dans la chapelle de Bethléem jusqu’en 1412, date à laquelle il fut chassé de Prague. Son successeur Jakoubek de Stříbro, instaura dans l’église Saint-Martin-dans-le-Mur et puis dans la chapelle de Bethléem la communion sous les deux espèces, qui fut pratiquée ici jusqu’en 1622. Par la suite l’Université Charles céda la chapelle aux mains des jésuites qui y rétablirent l’office catholique. Après l’abolition de l’ordre des jésuites en 1773 la chapelle devint la propriété de l’État.

Dix ans plus tard, la chapelle fut, pour une courte durée, église succursale de l’église Saint-Gilles. En 1786, au séminaire des jésuites Saint-Venceslas une école d’ingénieurs fut fondée, la première École des Hautes Études Techniques de Bohême. Le directeur de l’École, František Herget, fut chargé d’une étude sur l’état de la chapelle. Il fut détecté des fissures dangereuses dans la voûte, menaçant d’effondrement. Ce n’était qu’un premier signe de la fin définitive de la chapelle, qui fut démolie au 19e siècle. Sur son emplacement fut édifié un immeuble de rapport, qui perdura jusqu’en 1949. Ce sont nos principaux historiens du Club pour le Vieux Prague qui ont manifesté leur volonté de reconstruire la chapelle, en utilisant toutes les parties d’origine, et en s’aidant de toutes les représentations de la chapelle dans les siècles passés. L’arrêté gouvernemental relatif fut adopté le 30 juillet 1948.

La chapelle de Bethléem, avec la maison du prédicateur attenante, a été rendue accessible au public, après l’achèvement da sa reconstruction selon le projet de l’architecte Jaroslav Frágner, le 5 juillet 1954, sous le statut de Monument Culturel National. Renouant avec la tradition universitaire du lieu, la chapelle est devenue, depuis 1993, la salle des cérémonies de l’Université Technique de Prague, qui est chargée de son administration et de son entretien. Les cérémonies solennelles de remise de diplômes s’y tiennent. En outre, une fois par an, le 6 juillet, un rassemblement œcuménique y est organisé, en mémoire du jour de supplice par le feu de Jan Hus, en 1415.

En dehors de ces cérémonies de l’Université Technique, la chapelle est accessible aux visiteurs ainsi que la maison du prédicateur. Le sous-sol de la chapelle, dénommé Lapidarium, n’est accessible qu’au moment des expositions.

Cloche Jan Hus: Cloche de bronze (78% de cuivre, 22% d'étain), hauteur de la cloche 41 cm, diamètre du fond 39,5 cm, poids 40 kg. Le poids de l'ensemble du système de cloche 48 kg, la cloche est accrochée sur deux poutres en chêne dans les deux paliers oscillants.

Description de l’intérieur de la chapelle:

La chapelle est volontairement très simple. Les murs d’origine conservés sont le mur EST – épais de 88 cm, le mur NORD – 73 cm, le mur OUEST – 90 cm. Le mur SUD est reconstruit sur les fondations d’origine. Il y a trois entrées principales plus une quatrième qui se situe près de la chaire. La disposition est conçue de façon telle qu’aucun nouveau venu ne dérange l’espace en face de la chaire.

Le côté NORD

Il y a deux fenêtres dont le chambranle d’origine est conservé jusqu’à la moitié de leur hauteur. Sous la peinture représentant Jan Hus sur le bûcher on peut voir un fragment de peinture murale de 1412 portant sur l’ouvrage de Jan Hus DE SEX ERRORIBUS. Au centre du mur, les peintures murales représentent le Pape et l’Empereur Sigismond d’après la chronique de Reichenthal. Au-dessus de la fenêtre nord il y a la représentation de Jan Žižka selon le Codex de Iéna.

Le côté EST

Une grande fenêtre, et au-dessous une plaque commémorative en marbre rappelant l’exécution de trois garçons, Martin, Jan et Stašek, sur la place de la Vieille Ville. Le portail d’entrée qui rendait possible la prise de l’eau du puits dans la chapelle. Le sanctuaire de l’époque gothique avec une grille, réplique de l’époque de construction de la chapelle. Le portail datant du 14e siècle, avec la porte d’entrée et la moitié gauche du seuil d’origine (en pierre). La chaire rappelant les sermons de Jan Hus de 1402 à 1412 et de Thomas Münzer, prêcheur allemand, en 1521. L’oratoire est relié par une passerelle en bois à la galerie Frágner actuelle. Les peintures murales de chaque côté de l’oratoire représentent, d’après le Codex de Iéna de la deuxième moitié du XVe siècle, le Pape avec les prélats et l’Expulsion des marchands du Temple.

Le côté SUD

Sur l’élévation sud il y a cinq fenêtres. Les peintures entre ces fenêtres représentent des scènes sur le thème des métiers, selon la Bible de Velislav, ainsi que la transcription des textes de l’ouvrage de Jan Hus DE SEX ERRORIBUS, traduits en vieux tchèque, avec l’illustration de la première page de ce livre publié en 1510.

La reconstruction de la chapelle a été réalisée selon les règles du Service de préservation et de protection des monuments historiques. L’effet impressionnant de tout l’espace (exceptionnellement vaste pour l’époque moyenâgeuse) repose sur sa simplicité monumentale et modeste à la fois, et en l’élaboration minutieuse de tous les détails de l’édifice.

Le côté OUEST

Il y a deux fenêtres carrées et une grande fenêtre avec une ogive. Sous la grande fenêtre, la tribune en bois. Sous les petites fenêtres, un fragment de peinture murale datant de 1417 illustrant l’ouvrage de Jakoubek de Stříbro sur la communion sous les deux espèces. Outre la transcription des chants du livre de Jistebnice - Soulève-toi, grande ville pragoise - on peut voir la représentation de la bataille de Domažlice de 1431 entre l’armée hussite symbolisée par le calice et les croisés, selon le Codex de Iéna.


INTÉRIEURS DE LA CHAPELLE DE BETHLÉEM

HORAIRES D’OUVERTURE Lundi et Dimanche10 h - 18 h
CONTACT Tél.: +420 224 248 595
E-mail: betlem@suz.cvut.cz
Virtual tour
Ground plans